Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

LE CIEL EN PETARD ?

Et quelle pluie !

Cinq heures du matin, tout le monde est réveillé par un énorme orage sur Amiens, plus bruyant que torrentiel, sur le coup de six heures. Toute la Grande Visitation a cru que le plus dur était passé.

C’est à sept heures et demie que le ciel s’est  déversé sur la capitale de la Picardie. Des trombes d’eau, au point de retarder pour tous le départ d’une heure. Les tentes de la Pro Vita ont dû être démontées sous la pluie. C’est alors que Joël Tréhoust prend la parole pour motiver les troupes : « Hier, vous avez marché le long de la Somme,  à côté de l’eau ; aujourd’hui, vous marcherez sous l’eau. Hier, vous avez eu soif et presque manqué d’eau ; aujourd’hui, elle ne vous manquera pas ».

 

Sébastien au cours de la prière nous explique que nous sommes des gouttes d'eau dans un océan d'amour... Pendant ce temps là de l'autre côté de la porte, l'équipe restauration racle l'eau qui déborde du caniveau pour qu'elle ne rentre pas dans la salle où se trouvent les pèlerins en prière.

 

Les jeunes faisaient le gros dos, se demandant comment aborder l’épreuve.  Les plus expérimentés les réconfortaient en leur disant que « l’équipement contre la pluie serait efficace… un certain temps ».

 

Finalement marcheurs et cyclistes se mettent en route.

Fuyant les voies de grande circulation, nous quittons Amiens par la vallée de la Celle. La route est agréable, le rythme soutenu et un premier en-cas est bienvenu... mais les ennuis techniques commencent : crevaisons multiples et en cascade tout au long de la journée, ce qui génère une belle solidarité au sein du groupe, toutes générations confondues.

Côté marcheurs aussi on s'attend, on s'encourage, on partage des paroles des gestes, bref on vit une belle expérience humaine.  Signe du ciel s’il en est, la pluie avait cessé au moment où le bus s’était arrêté à Auchy-la-Montagne.

 

C’est finalement sous un temps clément et plus agréable, malgré quelques averses d’orage l’après-midi, que toute l’équipée fait route vers Beauvais. Le Père Rémi Hublier, vicaire général du diocèse a pris le temps de rencontrer les marcheurs au moment du pique-nique à Juvignies pour mieux les accueillir le soir dans la cathédrale. Côté restauration on a encore assuré, la logistique est parfaite, le sourire en prime.

 

Avant de descendre sur Beauvais pour le rassemblement nous laissons les vélos et les tentes sur le Campus La Salle et regagnons le centre ville en bus.

La communauté chrétienne a réservé un accueil très chaleureux dans la Cathédrale Saint-Pierre inachevée - il manque la nef jamais construite - mais ô combien somptueuse. Le vicaire général rayonne de joie d'abriter Notre-Dame venue faire sa Visitation dans l'Oise, mais c'est le père André - un Ch'ti - qui exprime avec simplicité son admiration et nous fait réaliser la chance que nous avons de faire cette route vers Lourdes. La célébration se conclue par une collation offerte à l’ensemble des participants.

 

Retour sur les hauteurs aprés avoir quitté les sympathiques "locaux" pour un dîner particulièrement joyeux comme si la fatigue s'était envolée, et une nuit calme dans ce domaine boisé, déserté par les étudiants en cette période estivale.

 

C'était le troisième jour, que les experts s'accordent à considérer comme essentiel pour la suite de la vie d'un groupe. Test réussi avec une journée riche de petits et grands bonheurs, à l'image de la météo : courtes averses et larges éclaircies.

Voilà qui augure bien de la poursuite du chemin.

Une fois encore, la pluie n’a pas arrêté les pèlerins.

 

Brigitte, Bruno, Christian

Article publié par Christian Fromentin • Publié Jeudi 07 août 2008 • 5224 visites

Haut de page